Catégories Interviews

Paigey Cakey : « C’est beaucoup plus dur pour les femmes de se faire remarquer »

Publié le

Quelques jours après la sortie du single An I Oop, la rappeuse britannique Paigey Cakey nous a parlé de son nouvel EP prévu pour début 2020, de son métier d’actrice et de l’importance de se soutenir entre rappeuses.

Comment as-tu découvert le hip hop ?

J’ai grandi avec des mes parents qui écoutaient beaucoup de hip hop donc je l’ai découvert à un jeune âge. J’ai toujours adoré la musique. J’ai commencé à rapper avec des amis pour rigoler quand j’avais 10 ou 11 ans. On enregistrait des chansons sur un lecteur cassette et on les chantait dans ma chambre. Parfois, je montrais à ma mère une chanson que j’avais écrite. C’était plus un hobby. Je n’ai jamais pensé que je deviendrais rappeuse.

Quel·le·s artistes écoutais-tu quand tu étais petite ?

J’écoutais différents styles de musiques, allant du hip hop au garage, en passant par le dancehall et la pop. J’adorais les Spice Girls. En grandissant et en commençant à apprécier le rap, je sus devenue fan de Missy Elliott et Ms Dynamite. À l’époque, je me faisais même appeler Hype Dynamite parce que je voulais ressembler à ma chanteuse préférée !

Ma musique est faite de mélodies et de bons mots.

On te présente souvent comme une artiste grime, mais te reconnais-tu dans cette appellation ?  

Je crois que beaucoup de gens se trompent au sujet de ma musique. Je ne suis pas une artiste grime, je n’ai aucun titre de grime. Je pense que c’est parce que je viens du Royaume-Uni, d’où vient le grime, que les gens supposent que tous les artistes britanniques qui rappent sont des artistes grime. J’adore le grime mais je suis plus hip hop. J’aime rapper et chanter. Ma musique est faite de mélodies et de bon mots.

Je soutiens toutes les rappeuses.

Tu as sorti la mixtape Flavours en février dernier sur laquelle tu as travaillé avec de nombreux artistes. Comment se sont passées ces collaborations ?

J’aime travailler de manière organique avec d’autres artistes. Alors j’organise des sessions en studio, j’invite les artistes à passer et on travaille. J’avais tellement de titres prêts que j’ai pensé que c’était le bon moment pour sortir un nouveau projet. J’ai appelé la mixtape Flavours (saveurs) parce qu’elle comporte différents genres musicaux. C’est comme une assiette de nourriture pleine de différentes saveurs.

Quelle place les rappeuses occupent-elles sur la scène londonienne ? 

La scène des rappeuses est très importante à Londres. On y trouve des artistes très talentueuses. Chacune d’entre nous fait son truc. On a toutes des styles et des sonorités différents, ce qui est vraiment cool. Je soutiens toutes les rappeuses. Je trouve que c’est important de s’encourager mutuellement vu que cette scène est largement dominée par les hommes. C’est toujours beaucoup plus dur pour les femmes de se faire remarquer.

Tu as sorti le clip Lotto Bars il y a quelques mois. Penses-tu que le fait d’avoir de « bonnes rimes » est l’un des critères qui font un•e bon•ne rappeuse•eur ?  

Le titre résulte d’une collaboration avec la marque de sports Lotto. Ce n’est que de la rime en gros ! Du feu, des métaphores, des punchlines. Selon moi, ce qui fait un bon rappeur est sa manière d’interagir avec le public. Certains artistes interagissent avec leur audience par le biais de l’émotion, d’autres par le biais d’histoires. J’aime me connecter avec le public avec des punchlines fortes et un flow bizarre.

C’est difficile de trouver un équilibre entre la musique et la comédie.

Tu es également comédienne. Qu’est-ce que ta carrière d’actrice a apporté à ta carrière de rappeuse ?

Quand j’ai commencé en tant qu’actrice, ça m’a vraiment aidé à booster ma carrière musicale. J’ai joué dans Waterloo Road, l’une des plus grosses séries diffusées en prime time à la télé britannique. Ça passait toutes les semaines. À chaque épisode, le nombre de mes followers augmentait. Ces followers ont ensuite découvert que je faisais de la musique et j’ai rapidement été suivie par un grand nombre de personnes. C’est difficile de trouver un équilibre entre la musique et la comédie, mais j’adore les deux donc je fais en sorte de pouvoir les concilier.

Qui sont tes rôles modèles ?

L’un de mes rôles modèles est ma mère. Elle a toujours travaillé très dur. Quand j’étais jeune, elle avait deux jobs juste pour que l’on ait un toit au-dessus de nos têtes. Elle m’a appris à être consciencieuse et à ne jamais abandonner mes rêves.

Quels sont tes prochains projets ? 

Je travaille actuellement sur une nouvelle mixtape qui sortira en début d’année avec des clips bien mortels. Le premier single de ma mixtape intitulé An I Oop featuring Daina sort le 1er décembre.

Que penses-tu de Madame Rap ? Des choses à changer/améliorer ?

J’adore Madame rap. J’aime le fait que vous donniez aux femmes une plateforme qui leur permet d’être entendues. On a besoin de plus de gens comme ça. Donc continuez à faire ce que vous faites !

Retrouvez Paigey Cakey sur Facebook, TwitterYou Tube et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *