Catégories Résidence itinérante en Seine-Saint-Denis

Madame Rap lance sa résidence itinérante en Seine-Saint-Denis

Publié le
Madame Rap lance sa résidence itinérante en Seine-Saint-Denis !
D’octobre 2019 à juin 2020, Madame Rap propose des actions axées sur les rappeuses et les questions d’égalité femmes-hommes et LGBT+ dans des salles du 93.

Cette résidence itinérante s’articule autour de différentes actions :

Des open-mics rap non-mixtes

Ces soirées micro ouvert gratuites sont dédiées à des rappeuses qui s’identifient comme femmes, non-binaires ou trans.

Des concerts de rappeuses 

Les objectifs de ces concerts sont de :

  • faciliter l’identification de rappeuses par les salles ;
  • proposer une communication non-sexiste et non-LGBT+phobe ;
  • favoriser la rencontre et les échanges entre rappeuses ;
  • encourager l’intégration de rappeuses dans une programmation de rap dit « masculin », et non uniquement dans le cadre de plateaux de femmes.

Des ateliers de sensibilisation au sexisme et aux LGBT+phobies 

Des ateliers d’écriture rap pour les jeunes publics/scolaires

Animés par des rappeuses, ces ateliers visent à :

  • sensibiliser des jeunes publics/scolaires à des textes de rap non-sexistes et non-LGBT+phobes ;
  • proposer des exercices de réécriture et d’écriture de chansons ;
  • écrire un morceau qui ne soit ni sexiste ni LGBT+phobe.
Des ateliers de DJing et de beatmaking pour les enfants

Animés par des beatmakeuses et femmes DJs, ces ateliers visent à initier es enfants au DJing/beatmaking et à :

  • présenter les origines de ces pratiques ;
  • donner des bases techniques et autonomiser les participantes ;
  • créer un mix/un morceau ;
  • démontrer que le DJing et le beatmaking ne sont pas des pratiques réservées aux hommes !
Des formations pour les professionnel·le·s des lieux

Ces formations menées auprès des professionnel·le·s des salles qui accueillent la résidence visent à :

  • apprendre à accueillir les rappeuses ;
  • mettre en place des dispositifs face à d’éventuelles violences sexistes/LGBT+phobes en interne ;
  • mettre en place une communication non-sexiste et non-LGBT+phobe (développer des supports de communication non stigmatisants, veiller à être inclusifs et à respecter la parité dans la programmation…) ;
  • fournir des outils pour combattre les clichés dans le hip hop et promouvoir un « autre » rap, non sexiste et pluriel.

Des conférences et des tables rondes qui détricotent les stéréotypes

Chacune de ces actions vise à ancrer une réflexion et des changements sur le long terme :

  • démontrer que le rap n’est pas la musique la plus sexiste et LGBT+phobe qui existe ;
  • arrêter de considérer que la pratique et la réception du rap sont réservées aux hommes/aux hétérosexuel·le·s ;
  • visibiliser les rappeuses professionnelles et émergentes ;
  • lutter contre les discriminations et les stéréotypes sexistes et LGBT+phobes ;
  • défendre l’égalité femmes-hommes, la parité et l’inclusivité.

Les actions de la résidence se dérouleront dans différentes salles du MAAD 93 (réseau de musiques actuelles amplifiées en développement en Seine-Saint-Denis) :

  • Le 2 Pièces Cuisine au Blanc-Mesnil ;
  • Mains d’Œuvres à Saint-Ouen ;
  • Le Chapiteau de La Fontaine Aux Images à Clichy-sous-Bois ;
  • La Maison Populaire à Montreuil ;
  • La Pêche à Montreuil ;
  • Le 6b à Saint-Denis ;
  • et aussi à la MC93 à Bobigny.

Cette résidence est soutenue par le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis et le Commissariat général à l’égalité des territoires de Seine-Saint-Denis.

Graphisme © Batsh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *